Vous aimez ce que vous lisez sur ce blog ?
Envie d'aller plus loin avec véritable formation d'expertise en Java ?
Venez suivre ma formation Masterclasse Expertise Java !

"Même un développeur experimenté a besoin de continuer à apprendre. Et dans cette formation... j'ai appris beaucoup !" - A.G., Java Champion

Prochaines sessions inter-entreprises : 28-31 mars 2017 / 13-16 juin 2017
Sessions intra-entreprises sur demande.
Inscrivez-vous vite !

RIA : du nouveau chez Sun et Google

Alors qu'AJAX et Flex se partagent le marché des clients riches (RIA ou "Rich Internet Applications"), deux nouveaux challengers viennent de faire leur apparition : JavaFX chez Sun, et Native Client chez Google.

Java FX

Sun a (enfin) publié, la semaine dernière, JavaFX 1.0.
Ce langage dyamique, qui ne retient de Java que le nom, propose une syntaxe légère et la notion de binding qui permet de lier dynamiquement les valeurs de plusieurs composants, épargnant ainsi au développeur les lourdeurs des listeners.
Ce lancement en fanfare ne parvient cependant pas à faire oublier le cruel de manque de maturité du langage, et l'absence de documentation et d'outillage dignes de ce nom. Mais sa communauté est active, et devrait, espérons-le, remédier à tout cela courant 2009.
Reste à savoir si les développeurs adopteront cette technologie : leur maîtrise de Java ne leur étant d'aucune utilité (la syntaxe est totalement différente), rien ne les retient réellement de céder aux sirènes de Flex...

Je vous aurais bien fait une petite démo, mais le SDK n'est pas disponible pour Linux pour le moment...
En attendant, voici quelques ressources pour bien débuter :

Google Native Client

Google vient quant à lui de dévoiler un concept de RIA "native" fort intéressant.
Le constat est simple : les applications riches sont limitées par les performances et les fonctionnalités des navigateurs, et ne peuvent donc pas exploiter pleinement la puissance de calcul phénoménale des machines modernes. D'un autre côté, le navigateur reste tout de même indispensable, puisque qu'il est le point d'interaction privilégié avec l'utilisateur.
La solution de Google associe donc un plugin côté navigateur (pour l'affichage) et un runtime sur la machine (pour le calcul) - le mode de communication entre les deux n'est pas précisé. Développée à l'aide d'un SDK basé sur GCC, la partie native fonctionnera sur la machine hôte comme un simple programme et pourra ainsi en tirer le meilleur parti.

La question de la sécurité est évidemment critique : en sortant de l'environnement d'exécution protégé qu'est le navigateur, le processus de calcul gagne un accès privilégié aux ressources de la machine locale, et l'intégrité et la confidentialité des données de l'utilisateur pourraient être compromises. Mais Google a bien conscience que le succès de sa technologie reposera en grande partie sur la robustesse de son modèle de sécurité[1] : à la moindre faille, la confiance des utilisateurs sera définitivement perdue...

Aucune information additionnelle n'est disponible pour le moment. Mais je ne serais pas surpris que cette solution de RIA s'intègre parfaitement avec Chrome et Gears, formant ainsi une plateforme complète de navigation et de développement web. Wait & see...

Notes

[1] On se souvient des restrictions appliquées aux applets en leur temps...


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.