Vous aimez ce que vous lisez sur ce blog ?
Envie d'aller plus loin avec véritable formation d'expertise en Java ?
Venez suivre ma formation Masterclasse Expertise Java !

"Même un développeur experimenté a besoin de continuer à apprendre. Et dans cette formation... j'ai appris beaucoup !" - A.G., Java Champion

Prochaines sessions inter-entreprises : 28-31 mars 2017 / 13-16 juin 2017
Sessions intra-entreprises sur demande.
Inscrivez-vous vite !

Google, beyond Good and Evil

Google.pngGoogle...
Tout le monde connaît Google, son moteur de recherche, ses outils de communication (GMail, Wave, Buzz), ses outils bureautiques (Docs, Maps, Picasa, Postini) et de développement (GWT, App Engine, et sa contribution exceptionnelle à Java), et ses périphériques d'accès à Internet (Android, Chrome, Chrome OS). Sans oublier le nerf de la guerre, sa régie publicitaire Adsense, qui justifie l'existence de tous les produits précités.

En mettant un pied dans chaque industrie liée de près ou de loin à l'obtention, au classement et à la restitution des données, Google approche de son objectif d' "organiser l'immense volume d'information disponible sur le Web et dans le monde".

Pourtant, malgré son slogan "Don't Be Evil" ("ne faites pas le mal"), le géant multicolore commence à inquiéter, comme le montre la vidéo ci-dessous.
Inquiéter ses concurrents, à cause de sa puissance financière ($21,796 milliards de chiffre d'affaire en 2008, avec une rentabilité de... 20% !) ; inquiéter ses clients à cause de récents dérapages concernant la confidentialité des données personnelles (dernier exemple en date : Buzz) ; et parfois même inquiéter sa communauté de développeurs, à cause d'imprévisibles modifications dans les conditions d'utilisation des APIs.



Personnellement, je trouve la vidéo un peu excessive.
D'abord, personne ne force les internautes à utiliser les services de Google (à part leur qualité intrinsèque), et encore moins à y divulguer toutes leurs données personnelles. En ce sens, je rejoins la déclaration d'Eric Schmidt :

If you have something that you don't want anyone to know, maybe you shouldn't be doing it in the first place.

Ensuite, le problème n'est pas propre à Google ; il suffit de parcourir Facebook ou MySpace pour s'en convaincre.
En particulier, la génération des 8-25 ans ne partage pas les mêmes critères de confidentialité que leurs aînés. Ayant grandi dans l'ère numérique, habitués aux réseaux sociaux virtuels, ils ne vivent que par l'exposition en ligne de leur identité, facilement idéalisable.
Quoi qu'il en soit, Google ne peut agir que sur les données qu'on lui fournit - volontairement, dans l'immense majorité des cas.

Alors, Google, Good / Evil ? Quel est votre avis ?


Commentaires

1. Le dimanche 14 mars 2010, 19:43 par Test de la moderation

Moderation à posteriori?

2. Le dimanche 14 mars 2010, 19:44 par Nicolas

Ah, mon comm n'a pas été validé par les instances dirigeantes...Dommage.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.